La digitalisation: une nécessité ?

Un premier rebond avorté

Si le reconfinement a, à première vue, un impact moindre sur les entreprises par rapport au premier, il présage en réalité un second rebond plus difficile. En effet, ce second confinement est mis en place sur une économie au premier rebond fragile, qui commençait déjà à ralentir avant même le durcissement des mesures sanitaires. En effet, d’après l’Insee et la Banque de France, le PIB serait revenu à -4-5% de son niveau « normal » à partir du mois d’août mais serait resté à ce niveau en septembre-octobre, freiné par les nouvelles mesures sanitaires.

Les TPE et PME, entreprises les plus touchées.

En France, ce sont les TPE et PME qui sont les plus durement touchées par la crise du covid-19. La Direction Générale du Trésor estime pour les PME et ETI un besoin de recapitalisation qui s’élève à 10 milliards de dollars. Or, le tissu économique français est composé à 99% de TPE/PME et microentreprises. Il est urgent de les aider !

À court terme, une trésorerie amoindrie par les aides de l’État.

Des mesures d’accompagnement aux entreprises ont été mises en place par l’État, selon la ligne directrice du “quoi qu’il en coûte” d’Emmanuel Macron. On pense notamment au dispositif d’activité partielle (31 milliards d’euros), aux prêts garantis par l’État (120 milliards d’euros accordés en septembre), au report ou annulation de charges sociales et fiscales (pour 23 milliards d’euros à la mi-septembre). Cela a permis un amortissement de la crise, et éviter une crise généralisée de trésorerie et de cessation de paiement. Mais en contrepartie, il y a logiquement une hausse de l’endettement. Les difficultés sont en fait décalées. Les entreprises se retrouvent aujourd’hui avec 25points de valeur ajoutée de dette supplémentaire à rembourser.

Conséquence : une pression sur les charges d’exploitation, et une baisse de l’investissement. Le baromètre de novembre de la BPI indique que les intentions d’investissement des PME / TPE ont replongé au 4e trimestre après avoir rebondi au trimestre précédent. Ce ne sont plus que 41 % des dirigeants de PME qui comptent investir cette année.

 Cela risque de faire entrer l’économie française dans une spirale anémique : le faible investissement réduirait progressivement les capacités de production, ce qui pèserait sur l’emploi et les revenus et donc sur la consommation, laquelle à son tour découragerait l’investissement, etc… Il faut enrayer cette dépression généralisée !

La digitalisation pour permettre la continuité de l’activité

De nouveaux besoins apparaissent pourtant avec la crise, il s’agit de développer le e-commerce ou de pérenniser le télétravail, en somme, accélérer la digitalisation des entreprises. La digitalisation constitue un véritable enjeux, plus particulièrement pour les micro-entreprises. Selon le rapport XERFI de novembre, cela peut tempérer l’ajustement à la baisse de l’investissement.

Pour notre équipe, cette digitalisation, si essentielle à la reprise, doit être le produit d’un effort commun !

Sources

Articles :

  • Bénassy-Quéré, Agnès, « les besoins des entreprises françaises en fonds propres à l’issue du « grand confinement », Direction générale du Trésor, 25 août 2020
  • De Calignon, Guillaume, « Coronavirus : les secteurs déjà très affectés par la pandémie vont encore souffrir », Les Échos, 15 octobre 2020
  • De Calignon, Guillaume, « Les pertes des firmes françaises sont supérieures à celles de leurs concurrentes européennes », Les Échos, 15 octobre 2020
  • Ferrand, Denis, « Pourquoi les entreprises déposent plus d’argent à la banque que les ménages », Les Échos, 28 septembre 2020
  • Husson, Laure-Emmanuelle, « Ces 3000 entreprises qui portent l’économie française sur leurs épaules », Challenges, 15 mars 2016
  • Madeline, Béatrice, « Brève embellie de l’économie française avant la récession », Le Monde, 30 octobre 2020
  • Simon, Jean-Charles, « Le « quoi qu’il en coûte » ne nous coûte finalement pas grand-chose… pour l’instant », Les Échos, 18 novembre 2020
  • Vignaud, Marc, « Les entreprises françaises face au mur de la dette », Le Point, 3 décembre 2020

Études :

Autres articles :

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videContinuer les achats